Présentation

Dans quelques jours, le gouvernement du Québec déposera son budget 2016-2017. Nous pourrons alors juger de ses priorités pour la prochaine année. Que pouvons-nous espérer pour le milieu de l’éducation?

Ce poste budgétaire, malmené depuis des décennies, l’a été encore davantage depuis le retour au pouvoir des libéraux. Aveuglé par l’équilibre budgétaire, le gouvernement a coupé sans considération pour les impacts et les dommages au filet social.

Nous souhaitons que le ministre Sébastien Proulx tende l’oreille aux revendications des milliers de parents, de citoyens et du personnel de l’éducation qui ont exigé l’arrêt des mesures d’austérité qui minent la qualité de nos services publics et qui ont réclamé un financement adéquat de l’éducation.

La rentrée scolaire de 2015 a été une période mouvementée au Québec. Dans le cadre du renouvellement des conventions collectives, le personnel de l’éducation a revendiqué de meilleures conditions de travail, afin d’offrir aux enfants une éducation de qualité et des conditions optimales d’apprentissage.

Mais l’éducation, c’est plus qu’un contrat de travail.

La population québécoise doit continuer de se mobiliser sur cet enjeu. L’éducation, c’est non seulement d’instruire la jeunesse, mais aussi de lui donner les outils nécessaires pour lui permettre d’exercer son rôle social et assurer ainsi la continuité d’une société prospère telle que la nôtre.

Mais, pour ce faire, un investissement dans les réseaux scolaires est nécessaire. Le nouveau ministre de l’Éducation doit faire des futures générations sa priorité et croire en la jeunesse. C’est elle qui créera la richesse et les emplois de demain.

L’éducation, c’est essentiel, point!