Témoignage

« Cette année, il y a tellement de besoins chez mes élèves que certaines journées, il est difficile d’enseigner. J’ai des élèves qui ont des troubles d’opposition, d’autres sont hyperactifs, plusieurs ont des difficultés d’apprentissage pour différentes raisons (dyspraxie, TSA, TDA, immaturité, etc.). L’orthopédagogue ne peut répondre à tous les besoins, car elle n’est pas à temps plein à notre école et qu’il y a de grands besoins dans les autres classes. J’ai dû, en début d’année, choisir quels élèves seraient prioritaires. L’éducatrice spécialisée est présente, à notre école, seize heures par semaine. Quand un élève est en crise dans ma classe et qu’elle n’est pas présente, je dois cesser d’enseigner et trouver rapidement une solution pour la sécurité de mes élèves. Parfois, je me demande si je suis vraiment dans une classe régulière. La directrice est responsable de deux écoles en plus de ses réunions à la Commission solaire. Mon cas n’est pas unique. En l’absence d’une direction ou d’une éducatrice spécialisée, mes collègues ont, elles aussi, des crises à gérer qui les empêchent de poursuivre leur enseignement. L’enseignant ne peut pas donner un enseignement de qualité si les services aux élèves sont insuffisants. Voilà pourquoi un investissement en éducation devrait être une priorité.»